Transition

Le système monétaire décrit précédemment parait complètement révolutionnaire et il l’est car il se réfère à une organisation démocratique qui n’a jamais existé. Un système monétaire et économique n’est pas indépendant du politique, il reflète exactement l’organisation sociale : la nôtre peut être qualifiée de ploutocratique, donnant tout pouvoir à quelques riches qui, de plus, nous ont confisqué le pouvoir de création monétaire.

Il peut paraître irréalisable ou utopique mais sa réalisation ne demande qu’une volonté politique : le pouvoir de création monétaire est comme la lampe d’Aladin, dès qu’elle change de main, le possesseur précédent perd tous ses pouvoirs. Ce système est parfaitement fonctionnel et peut déjà être expérimenté avec succès dans les SEL car la création monétaire pour ceux qui travaillent pour la collectivité y est possible.

Pour l’appliquer sur le plan national, il n’y a guère que 2 solutions :

_Une révolution populaire, peu probable, car la grande majorité de la population est mal informée et peu consciente de la dictature fourbe qui se met en place au niveau mondial.

_L’utilisation de la constitution actuelle pour élire un politique prêt à reprendre le contrôle de la banque centrale, ce qui nécessitera la sortie de l’UE. Pendant les 2 ans de négociations, il suffira de créer une monnaie complémentaire démocratique nationale pour être à l’abri des éventuelles sanctions de l’UE.

Mais, dans les 2 cas, il sera nécessaire d’avoir informé suffisamment de personnes pour atteindre la masse critique nécessaire à l’action. Et, avant de passer à l’action, il faudra avoir rédigé au préalable une nouvelle constitution démocratique donnant réellement le pouvoir aux citoyens et applicable immédiatement ; l’article sur la monnaie pourrait être rédigé ainsi :

Le rôle de la monnaie est de symboliser et mesurer la valeur d’une richesse matérielle ou immatérielle échangée (bien, service, temps de travail, transmission de savoir ou de savoir-faire). Elle peut être scripturale ou matérielle.

La monnaie qui sert à nos échanges ne peut être créée que pour mesurer une richesse qui vient d’être donnée (monnaie pleine) et cette mesure ne doit pas varier ensuite (ce qui exclu les prêts avec un intérêt supérieur à l’inflation et la spéculation qui modifie la mesure sans avoir rien apporté de nouveau). Les faux monnayeurs présents, passés et à venir sont condamnés à rembourser intégralement en monnaie pleine les sommes indûment créées.

La création monétaire et sa régulation sont un service public gratuit contrôlé par un organisme public appelé « banque centrale » indépendant de l’Exécutif et du Parlement et lui-même sous contrôle de l’ensemble des citoyens : le budget de l’état comprenant le salaire des fonctionnaires, les investissements et missions d’intérêt public, le revenu et la capitalisation maximum autorisés, est préparé en commissions et voté ligne par ligne à la majorité par tous les électeurs.

La création monétaire par la Banque Centrale ne peut avoir lieu que pour des prêts sans intérêts pour des investissements déclarés utiles par les citoyens ou pour mesurer des richesses données à la collectivité.

Chaque citoyen ne peut avoir que 3 comptes : un courant, un professionnel et un de capitalisation. Ces 3 comptes sont créés ou dupliqués à la banque centrale.

La banque centrale assure le contrôle des changes. Les taux de change entre les monnaies de 2 pays sont déterminés politiquement par les 2 pays en fonction de leurs revenus minimum vitaux respectifs.

La Banque Centrale et l’état garantissent que la valeur de la monnaie légale est relativement constante, qu’elle n’est pas contrefaite, et qu’elle ne puisse pas être refusée en paiement.

Le prêt avec intérêts et la spéculation qui modifient la valeur d’une richesse donnée sans avoir apporté de plus-value sont parasitaires et taxés en conséquence.(Le fait de prêter de l’argent plein mérite d’être rémunéré en tant que service mais les  intérêts ne sont légitimes que dans la mesure où ils compensent une inflation).

Le premier travail est donc d’écrire une constitution démocratique simple, compréhensible par tous, et de l’imposer par un vote national.

Voir la page « constitution »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *