Archives mensuelles : septembre 2019

La dette

La dette que nous avons envers les banquiers justifie l’obligation de mesures d’austérité, de préférence dans tout ce qui est social. Mais d’où vient cette dette ? On nous dit que cette dette est presque équivalente à notre PIB. Or, dans le PIB, l’argent qui sert à faire plusieurs transactions est compté plusieurs fois, mettons une moyenne de 3 fois. Ce qui veut dire que si nous donnions tout l’argent qui nous sert à commercer, nous serions encore loin de pouvoir rembourser notre dette. Comment est-il possible qu’une dette soit plus importante que l’argent en circulation ? On nous fait croire que c’est parce que nous avons trop dépensé mais la vraie raison est ailleurs :

Nos politiques ont demandé à des banquiers privés de créer la monnaie de l’état et ces banquiers ne nous donnent pas la monnaie qu’ils créent, ils nous la prêtent, ou plus exactement, ils nous la font payer très cher puisque, en échange de leur travail qui consiste à taper quelques chiffres sur un ordinateur, nous devons travailler des années pour leur donner le fruit de notre travail à hauteur du chiffre qu’ils ont tapé plus les intérêts. Le remboursement d’un prêt se comprenait si le banquier prêtait de la vraie monnaie, de la monnaie qui avait correspondu à des richesses réelles. Lorsqu’il prête de la fausse monnaie, de la monnaie qui ne correspond à aucune richesse réelle, nous ne lui devons rien, tout au plus les frais de dossier et de tenue de compte.

L’habitude de s’adresser aux banquiers avait été prise du temps où la monnaie était rattachée à l’or que les banquiers possédaient. Les besoins en monnaie étant plus important que l’or disponible, la monnaie n’est plus rattachée à l’or depuis 1971. Mais qu’importe l’or, la monnaie, par définition, doit toujours être rattachée à une richesse réelle puisque son rôle est de mesurer la valeur des richesses réelles échangées. (Par richesse réelle, il faut entendre tout ce qui se donne en se mesurant : bien matériel, service, tout ce qui correspond à un travail). Pourquoi avoir continué à s’adresser à des banquiers qui ne peuvent faire que de la fausse monnaie ?

Il y a bien d’autres solutions : nous pourrions la créer nous-mêmes. Après tout, quand nous mesurons une longueur, ou un poids, ou n’importe quoi, et que nous avons besoin de garder en mémoire cette mesure, nous l’écrivons nous-mêmes quelque part, nous n’avons pas besoin que quelqu’un l’écrive pour nous. Bien sûr, nous pourrions tricher, écrire comme les banquiers des choses que nous n’avons pas vendues. Le contrôle pourrait venir de l’acheteur qui n’a pas intérêt à ce que vous écriviez trop puisque la même somme est débitée sur son compte. Si l’acheteur n’a pas suffisamment sur son compte, il faut admettre qu’il puisse avoir un compte négatif : sa dette n’est pas alors envers un banquier, mais avec la société ; il doit s’engager à travailler suffisamment pour retrouver un compte positif à terme. Le contrôle doit alors venir de l’état.

Et pour ceux qui travaillent pour la collectivité ? les fonctionnaires, les services publics, les entreprises d’intérêt général donnent des richesses à la collectivité qui doit à son tour leur donner globalement des richesses de même valeur pour satisfaire leurs besoins ; si la collectivité possède la banque centrale, elle peut alors créer de la monnaie correspondant à leur travail avec laquelle ils achèteront les richesses dont ils ont besoin. Plus besoin d’impôts et de taxes pour les payer, on les paye en nature mais on est payé pour cela.

Au lieu d’avoir des dettes irremboursables envers les banquiers, tout le monde s’enrichirait. Imaginez comme cela pourrait changer le monde !

L’incendie de Notre Dame

Il ne faut rien connaitre aux propriétés du bois ou s’empêcher volontairement de réfléchir pour croire un seul instant à un accident : des poutres de cette taille ne s’enflamment pas même sous la flamme d’un chalumeau, elles ne peuvent que se consumer superficiellement lentement ; avec l’âge, elles deviennent aussi dures que de la pierre.

Il faut voir l’ahurissement de l’ancien architecte en chef, M.Mouton, qui avait conduit les travaux de sécurisation de l’édifice : plus aucun circuit électrique ne passait dans la toiture, des détecteurs de début de feu très sophistiqués sonnaient l’alarme dès la moindre fumée, 2 gardiens étaient présents jour et nuit.

Un tel démarrage brutal et la couleur des flammes sont révélateurs de l’explosif utilisé : la thermite, le même que pour les tours jumelles du 11 septembre.

La réaction du gouvernement est révélatrice de qui sont les auteurs : ils ont tout de suite exclu la thèse de l’attentat qui aurait été plus logique. De plus, il a fallu tout une logistique antérieure pour organiser un tel incendie : qui a pu enduire les poutres de thermite pour qu’elles puissent brûler de cette façon ?

La réponse est dans les travaux demandés par la mairie de Paris : elle avait demandé à une entreprise spécialisée de pulvériser sur toutes les poutres un « insecticide » complètement inutile vu l’âge des poutres.

Cette fois, il n’y a pas eu de morts : ils ont fait évacuer les visiteurs juste avant. Le but est certainement une opération immobilière juteuse pour les amis de M.Macron car ils vont pouvoir rénover l’ile de la cité en se passant des règlementations ennuyeuses protégeant les monuments historiques.

On retrouve aussi la lutte idéologique satanique contre la chrétienté car, curieusement et sans qu’on en parle dans les médias, un grand nombre d’églises en France se mettent à brûler inexplicablement.

Voir : Benjamin Mouton ex architecte en chef de Notre Dame

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2019/04/17/du-vieux-chene-il-faut-mettre-beaucoup-de-petit-bois-pour-arriver-a-le-faire-bruler-benjamin-mouton-ex-architecte-en-chef-de-notre-dame/

explosion notre dame: https://www.facebook.com/2175995052656178/videos/320654255293669/

 

  Comment les banquiers ont pris le pouvoir sur les nations

   

(Ce résumé risque d’en étonner beaucoup : il faut le lire lentement et prendre le temps à chaque découverte de vérifier les informations à l’aide de documents plus détaillés dont certains sont indiqués)

Les hommes ont inventé la monnaie bien avant que les banquiers existent : dans une communauté, la monnaie est ce qui permet de mesurer la valeur de ce qui a été donné afin de se souvenir de cette valeur pour avoir droit à la même valeur en retour. Elle est une amélioration du troc car on n’est pas obligé de trouver le retour chez celui à qui on a donné, c’est une mutualisation des échanges.

Donc n’importe quoi pouvait servir de monnaie : elle pouvait être matérielle (poule, vache, mesure de blé) ou simplement écrite sur un registre comme dans l’Égypte ancienne.

L’or est apparu commode aux commerçants internationaux car il était reconnu comme une richesse intéressante à peu près par toutes les nations qui acceptaient donc d’échanger leurs richesses réelles contre de l’or.

Au lieu de se promener avec leur or sur eux, les bourgeois prirent l’habitude de confier cet or à des orfèvres qui leur remettaient en échange des reçus qui attestaient la quantité d’or déposée, récupérable quand ils voulaient.

Au lieu de récupérer l’or à chaque transaction, ils prirent l’habitude d’échanger seulement des reçus : la monnaie papier basée sur l’or était née.

Mais si cette monnaie basée sur l’or était utile à ceux qui possédaient de l’or, elle n’était d’aucune utilité aux communautés paysannes. Le fait de l’imposer comme monnaie nationale a été un moyen d’asservir les communautés paysannes car, pour en avoir et payer leurs impôts, ils devaient forcément donner leurs richesses réelles à ceux qui  avaient  de l’or : les bourgeois, les seigneurs, les représentants de l’état, les rois.

Les orfèvres sont devenus banquiers quand ils ont commencé à tricher : voyant que tous les déposants ne venaient pas rechercher leur or en même temps, ils commencèrent à émettre plus de billets qu’ils n’avaient d’or sous forme de prêts avec intérêts ; si le prêt était remboursé, ils s’étaient enrichis avec de la fausse monnaie. Les utilisateurs ne se rendent compte de rien car un faux billet accepté par les autres joue le même rôle qu’un vrai billet. La supercherie n’était découverte que si, perdant confiance, tous les détenteurs venaient réclamer leur or en même temps.

Les rois avaient le droit de battre monnaie, qui devait être basée sur l’or aussi. Mais l’or étant en quantité finie et les besoins en monnaie de plus en plus grands, ils commencèrent par dévaluer la monnaie (les pièces et billets correspondaient à de moins en moins d’or) puis se mirent à emprunter aux riches (en échange de rentes à vie) et ce fut la cause de leur perte car les riches bourgeois se firent de plus en plus gourmands au point que l’état étant en quasi faillite, ils purent renverser le roi Louis xvi en 1789.

Contrairement à ce qu’on nous apprend, la révolution de 1789 ne fut pas une révolution populaire mais un coup d’état de la bourgeoisie sur la noblesse et la république qu’ils instaurèrent ne se voulait pas une démocratie mais un système représentatif qui leur permettait de conserver le pouvoir sur le peuple. Le roi n’était pas tout puissant, c’était plutôt un défenseur du peuple et de la nation contre ceux qui l’exploitaient, en garantissant un prix du pain stable. C’est quand il n’a plus pu le faire que le peuple a fini par se révolter.

Les seuls qui restaient à pouvoir créer de l’argent basé sur l’or étaient les banquiers, et comme personne n’allait voir leur réserve d’or, ils créèrent de plus en plus de fausse monnaie dette, d’abord subrepticement, puis avec la complicité des politiques pour ceux qui prenaient la place de banque centrale.

Or il faut bien comprendre que le fait d’être le seul à pouvoir créer la monnaie de l’état place celui qui le fait au-dessus de l’état car il met l’état en dette envers lui et oblige donc toute la nation à travailler pour lui. Lorsqu’un état crée sa propre monnaie, il ne peut être en dette avec aucun particulier, seulement avec un autre état si sa balance commerciale n’est pas équilibrée.(Nous n’aurions pas de dette si l’état n’avait pas renoncé à créer sa propre monnaie. Si la création monétaire était sous contrôle citoyen et servait à payer ceux qui travaillent pour la collectivité, il n’y aurait pas non plus besoin d’impôts et de taxes. Voir la page « le système monnaie pleine citoyenne »).

Le premier qui a bien compris le pouvoir que donnait le fait de prêter à un état fut un juif du ghetto de Francfort, un certain Mayer Amschel Bauer, qui se fit par la suite appeler Rothschild. Il conçut dès le départ un plan machiavélique étalé sur plusieurs générations qui doit permettre à sa dynastie et ses alliés de prendre à terme le pouvoir sur la terre entière. Ce plan se veut aussi une revanche de la religion juive sur la chrétienté.

Il envoya donc ses 5 fils occuper les banques centrales des principaux pays européens. Le plus important fut sans conteste Nathan Mayer Rothschild qui pris possession de la Banque d’Angleterre avec la bénédiction du roi Guillaume d’Orange. Les banquiers, qui avaient commencé dans la malhonnêteté et le péché (toutes les religions à l’origine interdisaient l’usure, le prêt avec intérêt, sauf la religion juive) avaient continué en inventant la spéculation qui leur permettait de gagner encore plus d’argent sans apporter de richesse réelle ; et dans ce jeu, il n’y a plus aucune morale, c’est le plus malhonnête qui gagne. Ainsi, Nathan Rothschild multiplia par 2 sa fortune déjà considérable en faisant croire à la victoire de Napoléon à Waterloo, ce qui fit chuter toutes les actions anglaises qu’il racheta à bas prix avant que la vérité éclate et les fasse remonter. Le jeu et l’esprit sont les mêmes aujourd’hui avec des moyens informatiques beaucoup plus puissants.

A la même époque, Napoléon avait donné la Banque de France également à des banquiers privés et n’a compris sa douleur qu’à la fin de sa vie.

A la même époque, les colonies anglaises d’Amérique prospéraient car elles avaient créé leur propre monnaie : les banquiers londoniens demandèrent au roi d’interdire cette monnaie et d’ordonner l’utilisation de la monnaie des banquiers : la récession et la misère qui s’ensuivit fut la véritable cause de la guerre d’indépendance.

Bien que la constitution des nouveaux états d’Amérique indique que c’est au congrès de créer la monnaie, ce sont les banquiers américains, soutenus dans l’ombre par les banquiers londoniens, qui dirigeaient en fait le pays, faisant ou défaisant les présidents en payant ou non leur campagne électorale, faisant de Wall Street un casino boursier qui apportait régulièrement au pays crises et récessions.

Les banquiers n’étaient que la tête du complot mais n’agissaient pas seuls : maîtrisant le crédit, ce sont eux qui pouvaient décider qui peut devenir riche ou pas, les grands industriels et l’état sont devenus leurs obligés, les banquiers ont pris en main le système éducatif, les universités, les médias. Petit à petit, toute l’administration américaine va se composer de banquiers, de préférence juifs.

Tous les présidents qui ont voulu s’opposer aux banquiers en créant une monnaie d’état ont été victimes d’attentats ou assassinés :  Jackson y échappa car l’arme s’est enrayée, Zachary Taylor est mort empoisonné à l’arsenic, James Buchanan, après avoir voulu encadrer les banques, a résisté à un empoisonnement à l’arsenic .Pour financer la guerre de sécession, Lincoln émit une monnaie gouvernementale, le billet vert et avait promis de s’attaquer aux banquiers une fois la guerre finie: «J’ai deux grands ennemis: l’armée du Sud en face et les banquiers en arrière. Et des deux, ce sont les banquiers qui sont mes pires ennemis. » Il fut assassiné 5 jours plus tard, le billet vert disparu, une formidable restriction du crédit s’ensuivit, organisée par les banques. James A. Garfield fut élu ensuite sur le programme de reprendre un contrôle gouvernemental de la monnaie : « celui qui contrôle la monnaie d’une nation contrôle la nation ». Il fut abattu un an plus tard. Il y eut encore Mac Kinley, élu en 1896, qui assainit le budget de l’état en ne recourant pas à l’emprunt et parlait de mettre le dollar sous contrôle d’état quand il fut assassiné en 1901.

Le coup d’état des banquiers fut légalisé en 1913 avec la « loi sur la réserve Fédérale », votée avant Noel à grand renfort de propagande et de corruption des députés, qui institue comme Banque Centrale des USA un consortium de quelques banques privées anglo-américaines indépendantes du gouvernement.

Ce sont elles qui organisèrent la crise agricole de 1920, la grande dépression de 1929 (il suffit de restreindre le crédit en augmentant les taux d’intérêts), qui permirent aussi à Hitler d’entrer en guerre en le finançant. Les guerres sont très intéressantes pour ces banquiers car elles leur rapportent 2 fois, pour les financer et pour reconstruire ; et, de plus, elles entrent dans leur plan de destruction des nations pour établir leur nouvel ordre mondial sous leur direction.

Après la guerre de 39/45 qui avait appauvri les états européens et enrichi les USA, la grande majorité de l’or avait été rapatrié à la réserve fédérale. Ceci permit au dollar, avec les accords de Brettons Woods, de rester la seule monnaie étalonnée sur l’or, donc de devenir l’étalon des monnaies internationales, ce qui donne aux USA et à la FED un pouvoir international.

La FED, conformément à son habitude, en profita pour émettre beaucoup plus de dollars qu’elle n’avait d’or et, quand des pays comme la France de De Gaulle commencèrent à s’en apercevoir et à vouloir échanger des dollars contre de l’or, Nixon en 1971 suspendit la convertibilité du dollar en or.

Donc actuellement les banquiers de banques centrales privées (et elles le sont presque toutes) peuvent créer légalement autant de monnaie qu’ils veulent ne correspondant à aucune richesse réelle, autrement dit de la fausse monnaie. Par le système des « réserves fractionnaires », tous les autres banquiers peuvent aussi créer de la fausse monnaie quand ils font des crédits lorsqu’ils ont un peu de fausse monnaie de banque centrale en réserve. 95% de la monnaie créée est déconnecté des richesses réelles et ne sert qu’à alimenter des bulles spéculatives.

Ce système est fou et conduit l’humanité à sa perte car il ne peut survivre que dans une croissance permanente qui oblige à s’endetter davantage pour payer les intérêts des premiers emprunts dont l’équivalent en monnaie n’a pas été créé.

De plus, comme la monnaie n’est créée que sous forme de dette, il nous enchaîne dans une dette exponentielle et impossible à rembourser envers les banquiers, ce qui leur permet de nous faire travailler toujours plus en nous mettant dans une austérité de plus en plus grande. Peu de gens parmi la population, les politiques et même les petits banquiers comprennent la folie du système, mais les grands banquiers qui le pilotent, avec à leur tête les Rothschild l’entretiennent sciemment à leur profit.

L’immense pouvoir que leur donne le fait de contrôler la monnaie, le sentiment d’impunité due au fait de pouvoir agir malhonnêtement sans être inquiété par personne les a fait se sentir au-dessus des lois du commun des mortels, se prendre pour une élite qui devait gouverner le monde en continuant à faire le mal. Ils se font appeler les « illuminati » mais ce terme ne leur va pas car ils représentent plutôt l’ombre que la lumière ; ou les « élites » car ils se pensent d’une race supérieure qui considère le reste des humains comme du bétail industriel. Nous les nommerons plutôt les AMBO (Association de Malfaiteurs en Bande Organisée) ou « la Mafia » car ils en ont les méthodes et, si la justice n’était pas corrompue elle aussi, ils devraient être poursuivis et emprisonnés. Mais ils ont réussi à corrompre aussi la justice.

Leur plan a été conçu il y a 2 siècles, écrit dans « les protocoles de Sion », gravé dans le granit sur les Georgia Guidestones en Géorgie. Il prévoit de réduire progressivement la population mondiale à 500 millions en contrôlant et robotisant ceux qui restent pour les servir.

Très peu sont au courant des vrais buts du complot : les initiés se retrouvent dans des réunions plus ou moins secrètes ou dans des sectes comme celle des Francs-Maçons qu’ils ont détourné de leur but originel, où ils y pratiquent des rites sataniques.

Ce sont eux qui firent créer l’état d’Israël comme fer de lance dans les pays arabes pour les contrôler.

Le dernier président américain qui prit conscience de cet état dans l’état et voulut s’y opposer fut J.F.Kennedy : il fut assassiné car la Mafia contrôlait maintenant aussi les journaux, l’armée et les services secrets. (Voir le chapitre sur son assassinat)

Après son assassinat, la voie était ouverte pour conquérir le monde, mais subrepticement, avec une multitude d’armes nouvelles, et en prenant soin de présenter ces avancées comme un progrès inéluctable :

_Le système idéologique et économique « néo-libéral » qui demande aux états d’ouvrir leur frontière, donc de ne plus protéger leurs industries et de se saborder en laissant faire « la main invisible du marché » (que eux contrôlent en fait).

_Le contrôle des principaux médias officiels mondiaux qui leur permet de travestir les réalités et de faire croire à la majorité des peuples qu’ils vivent encore en démocratie. (Voir leurs principales « fake-news). Cela leur permet également de faire élire des politiques corrompus entièrement dévoués à leur solde.

_L’enchaînement des principaux pays européens dans une « Union » qui les paralyse et dépossède les états de leur autonomie.(Voir « les dessous de l’UE »)

_La gouvernance par la peur en organisant des attentats pour faire passer des lois liberticides, des guerres, de fausses révolutions, des immigrations massives pour déstabiliser nos pays européens dans leur identité et provoquer des guerres civiles.

_Le détournement de toutes les inventions qui auraient pu améliorer la vie des populations au profit d’applications militaires secrètes destructrices envers les populations.

_L’utilisation des progrès de l’informatique pour accroitre les moyens de surveillance de la population (smartphone, linky, intelligence artificielle). La suppression à venir de l’argent liquide, présentée comme un progrès car une majorité utilise surtout les cartes de crédit, prochainement remplacées par des puces implantées, leur donnera un contrôle total sur chacun de nous.

_Le contrôle des armées de tous les pays adhérant à l’OTAN pour organiser des guerres contre les nations qui résistent (Irak, Libye, Syrie,Iran).

(Tous ces points sont détaillés plus loin : il faut avancer lentement en prenant soin de tout vérifier pour être convaincu : ce peut être déprimant mais il faut aller jusqu’au bout car il y a aussi des lueurs d’espoir et des possibilités de résister)

Nous approchons de la phase finale : quand les nations auront fini de s’auto-détruire ou de s’entre-détruire, ils espèrent que les peuples épouvantés appelleront de leurs vœux le gouvernement mondial qu’ils veulent installer.

Il reste cependant quelques lueurs d’espoir :

_Certains pays résistent : la Russie de M. Poutine, la Chine, l’Iran, la Syrie qui ne sont pas non plus des démocraties mais sont nationalistes, refusant d’auto-détruire leur pays comme le fait M. Macron en France. M. Macron est un serviteur zélé de cette Mafia, il fait partie de la secte des Francs-Maçons, comme M. Edouard Philippe, (comme M. Mélenchon, M. Sarkozy,…), comme aussi M. Obama, malgré sa belle prestance. La France est parmi les pays les plus corrompus par la secte des Francs Maçons qui a infiltré tous les lieux de pouvoir, y compris la justice: ceux qui en font partie sont au-dessus des lois et peuvent faire ce qu’ils veulent, y compris des crimes pédo-sataniques (voir une des premières émissions d’Elise Lucet); ceux qui les gênent ne sont protégés par aucune loi (voir cet interview d’un professeur d’université envoyé illégalement de force dans un hôpital psychiatrique car il refusait la corruption)

_Le président Trump, même s’il n’est pas sympathique à beaucoup et parait inconstant dans ses actes, est un grain de sable dans leurs projets car il est nationaliste et arrive parfois à s’opposer à cet « état profond ».

_L’augmentation de ceux qui ont compris que nous allons vers une destruction d’une grande partie de la vie sur cette planète et qui cherchent à la protéger par des initiatives locales. Malheureusement, faute de s’unifier et de pouvoir agir à un échelon national, faute d’une compréhension globale de ce qui se passe vraiment à cause de la désinformation des médias, il est peu probable qu’ils arrivent à s’opposer efficacement. Les oppositions efficaces en France seraient :

. Ne pas faire confiance aux médias officiels pour nous informer et chercher d’autres points de vue afin de se forger une opinion. Il y a de tout sur internet mais aussi des journalistes, des scientifiques, des témoins sincères, indépendants et compétents, sans conflit d’intérêt.

. Ne pas accepter les lois liberticides ou destructrices de la nation. Ecrire et obéir à notre propre constitution (voir la page « constitution« )

. Utiliser le moins possible l’argent des banquiers qui se nourrissent sur notre consommation : acheter local et bio, fuir les multinationales, adhérer à des SEL.

. Voter pour un président nationaliste compétent et honnête, il en existe un en France mais il est marginalisé par les médias.

 

Et pour avoir plus de force, nous pourrions nous grouper en association. Rejoignez-nous en le mentionnant sur un commentaire (cela apparaîtra pas dans le commentaire) ou en utilisant la rubrique « contact ».

 

.

 

L’assassinat du président Kennedy

La principale preuve qu’il y avait plusieurs tireurs, contrairement à ce qu’a affirmé la commission d’enquête, est un film tourné par un spectateur, qui montre un panneau endommagé par un tir venu d’ailleurs au même moment que celui de

Ce film a été acheté très cher par le magazine life (Rockefeller) avec une copie au FBI. Quand il a été montré à la commission d’enquête, il avait été « endommagé » et la partie où on voyait l’impact sur le panneau supprimée.

Ceci suffit à montrer l’implication du FBI dans cet assassinat. Le FBI, comme la CIA, fait partie de cet « état profond », véritable état dans l’état auquel le président Kennedy voulait s’attaquer : « Nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence par l’infiltration plutôt que par l’invasion, la subversion plutôt que les élections, par l’intimidation au lieu du libre choix, par guérillas la nuit au lieu d’armées en plein jour. C’est un système qui a nécessité énormément de ressources humaines et matérielles dans la construction d’un tricot serré, une machine qui combine armée, diplomatie, renseignements, opérations économiques, scientifiques et politiques. »

Sources : media-presse.info/archives-le-discours-de-Kennedy-évoquant-conspirations-et-sociétés-secrètes

Et : www.jfklibrary.org/research-aids/JFK/American-Newspaper-Publishers-Association-19610427.aspx

Il demandait aux journaux d’informer le public pour le soutenir mais les journaux, déjà inféodés au système, ont trahi ses propos en faisant croire qu’il parlait des communistes.

A la tête de cet état profond se trouvent les grands banquiers qui tiennent leur puissance du pouvoir de création monétaire que des politiques corrompus leur ont accordé (voir le chapitre sur les banquiers). JFK s’attaquait aussi aux banquiers : il venait de promulguer un décret autorisant l’état à battre monnaie. Le premier acte politique que fit Johnson (qui faisait partie du complot) fut d’annuler ce décret.

Théorie du complot

                                

Cette phrase, qui sert à faire taire tous ceux qui dévoilent un plan de gouvernance mondiale, (comme si un complot pour prendre le pouvoir sur les peuples était inimaginable alors que notre histoire en est remplie), a été introduite par la CIA pour faire taire ceux qui mettaient en doute la version officielle de l’assassinat du président Kennedy. Or on sait maintenant de façon certaine (voir le sujet suivant) qu’il y avait plusieurs tireurs, que le FBI était impliqué et qu’il s’agissait bien d’un complot contre un président qui tentait justement de dénoncer ce complot.

Cet assassinat a achevé le coup d’état et montré que ce n’était plus le président qui contrôlait les USA mais un « état profond » regroupant les services secrets,  le complexe militaro-industriel, et une bonne partie de l’administration. Le coup d’état avait commencé en 1913 avec la loi de la « réserve Fédérale » aux USA qui donnait à quelques banquiers privés le pouvoir de créer toute la monnaie des USA et un peu plus tard du monde puisque le dollar est devenu la monnaie des échanges internationaux. Ce pouvoir immense leur a permis de se placer au-dessus des états, de corrompre toutes les institutions démocratiques et d’envisager une gouvernance mondiale. La différence avec les coups d’état précédents, c’est que les véritables auteurs ne se montrent pas en public et agissent dans l’ombre, corrompant le système économique, les institutions démocratiques, les médias et les politiques pour que les nations s’auto-détruisent en vue du « Nouvel Ordre Mondial » des banquiers.

Et la majorité des populations, manipulée par de fausses informations, bien que sentant un malaise, n’arrive pas à comprendre qu’elle est déjà sous dictature  car les médias officiels qui leur appartiennent entretiennent l’illusion démocratique en manipulant l’information : il y a plus de « fakes news » dans les médias officiels que sur internet : nous vous invitons donc à multiplier vos sources d’information avant de forger votre propre opinion.

Chemtrails (traînées chimiques en Français)

 

La question n’est pas de savoir s’ils existent ou pas, ils sont au-dessus de nous de façon quasiment quotidienne : il suffit de regarder le ciel un jour qui devrait être de beau temps pour voir des avions arriver de différents coins du ciel, se croiser, faire des quadrillages en laissant derrière eux de longues traînées blanches qui ne disparaissent pas mais se diluent et finissent par rendre le ciel blanchâtre. Ce ne sont pas des traînées normales de réacteurs que l’on peut voir sur d’autres avions, qui, elles, sont des traînées de condensation qui ne sont pas très longues et disparaissent sans laisser de traces.

Ce phénomène me semble relativement nouveau en France, depuis que nous avons réintégré l’Otan, mais dure depuis des dizaines d’années aux USA. Nié par les pouvoirs publics, il est dénoncé par des scientifiques et des associations qui ont analysé les retombées et trouvé de l’aluminium, du baryum, du strontium, des phtalates (perturbateurs endocriniens) et autres substances toxiques. Le plus grave est constitué par les nanoparticules d’aluminium qui produisent la maladie Alzheimer lorsque nous les respirons et qu’elles se fixent sur le cerveau, qui polluent les sols et détruisent les plantes.

_D’autres nano particules programmées pour se regrouper produisent la maladie des Morgellons : elles de déplacent sous la peau et ressortent sous forme de fils.

Ces faits sont avérés et méritent à eux seuls que nous nous mobilisions pour faire cesser ces épandages.

La question qui n’a que des réponses hypothétiques est de savoir pourquoi ils font ces épandages :

_Géo-ingénierie pour nous protéger du soleil et éviter le réchauffement climatique ?

_Ou nuages artificiels pour contrôler militairement le climat afin de pouvoir provoquer à volonté sécheresse ou inondations ?

_Ou épandages volontairement toxiques pour nous affaiblir et mieux nous contrôler, nous stériliser pour diminuer la population mondiale, tuer la vie naturelle pour nous obliger à acheter des plantes résistant à l’aluminium créées par Monsanto (les brevets ont été déposés)

 

Documents en Français :

_Livre de Claire Séverac « la guerre secrète contre les peuples » bien documenté

_La présentation de son livre en vidéo : https://youtu.be/qA7vWgC7L_Y

_Un documentaire américain avec sous-titres en Français : https://youtu.be/Kw41ZubwAM8

_Composition des chemtrails : https://youtu.be/m5oibhwHkXM

_Dénonciation des chemtrails en Californie : https://youtu.be/zQAwcrODu8w

_Conférence d’un chercheur américain : https://www.facebook.com/LaCavernedeCaerbannoglelapinblanc/videos/585064794967920/

_Groupe “chemtrails géo-ingénierie” sur Face-Book