Le capitalisme néo-libéral : un cheval de Troie pour détruire les nations

          

On a l’habitude de caractériser le capitalisme par la propriété privée, y compris celle des moyens de production et de l’opposer au collectivisme bolchévique où on ne possède plus rien.

Et, pour le rendre plus attrayant, on lui a ajouté ces dernières années le qualificatif « néo-libéral » qui a une consonance de liberté.

Qui donc voudrait renoncer à la liberté et à la propriété privée ? Personne ! C’est pour ne pas perdre cela qu’on  garde ce système. Et pourtant, 99% de la population ressent bien qu’il n’est pas satisfaisant, par les inégalités abyssales qu’il génère, par la destruction des états sociaux et le pillage de la planète. N’y aurait-il pas moyen d’avoir liberté et propriété privée sans ces inconvénients ?

Nous allons donc chercher à comprendre ce qui rend le capitalisme néo-libéral néfaste pour la majorité d’entre nous et quelles peuvent être les solutions pour construire une démocratie qui conserve la propriété privée mais assure plus d’égalité et de liberté entre les citoyens.

Méfions-nous du détournement de sens des mots :

_Le « néo-libéralisme » n’est pas « libéral » pour tout le monde : il faut se méfier des abus de langage car de quelle liberté parle-t-on ? De celle de chaque citoyen ou de celle de quelques’uns ? Le néo- libéralisme se caractérise par une dérégulation généralisée, l’affaiblissement de l’état social, et le passage au privé de tout ce qui était public. Or, que se passe-t-il lorsqu’on supprime toutes règles ? On en revient à la loi de la jungle, à la loi du plus fort, à la liberté pour le plus fort d’écraser le plus faible ; seules les armes ont changé, le plus fort n’est pas le plus puissant physiquement mais le plus riche ; et, dans notre système économique,  le plus riche n’est pas le plus méritant : il y a des tricheurs, nous analyserons cela en détail. A partir du moment où la liberté de 1% de la population va à l’encontre de celle des 99% autres, doit-on parler de liberté ou de dictature ? La démocratie n’est pas une organisation naturelle, elle a besoin de mettre des lois pour protéger les plus faibles des plus forts et la liberté des uns doit s’arrêter là où commence la liberté des autres.

Quels sont donc les défauts du système capitaliste néo-libéral qui permettent cette dictature ?

_Ce n’est pas la «  propriété privée des moyens de production » comme on se plait à caractériser le capitalisme pour empêcher toute contestation : il semble tout à fait sain que chaque travailleur puisse posséder ses outils de travail et, à défaut, les louer : qu’un créateur d’entreprise en soit propriétaire semble normal, qu’il y ait une part dans sa  rémunération pour amortir les outils qu’il prête à ses salariés l’est aussi. Ce qui l’est moins, c’est qu’un actionnaire qui ne travaille pas dans l’entreprise ait le pouvoir de lui imposer ses orientations stratégiques comme de s’endetter pour mieux le rémunérer, de se délocaliser ou de licencier son directeur qui ne lui convient pas. Le droit de propriété doit s’arrêter à la propriété d’usage, la dérive vient du pouvoir exorbitant accordé aux propriétaires illégitimes qui ont tiré leur richesse d’on ne sait où.

Qu’il y ait des riches et des plus pauvres ne gêne personne à condition que les pauvres aient quand même suffisamment pour satisfaire leurs besoins fondamentaux et que les riches méritent cette richesse en rendant de plus grands services à la collectivité. Ces 2 conditions ne sont pas remplies par le système capitaliste : il y a 10 millions de Français sous le seuil de pauvreté, beaucoup plus aux USA, et la quantité d’argent reçue n’est pas toujours associée à la qualité du service rendu à cause de quelques mécanismes pervers du système :

_La transmission héréditaire de la richesse n’est pas démocratique car elle ne respecte pas l’égalité des chances : il est logique d’hériter de biens ayant une valeur affective, y compris la maison familiale mais pas d’une entreprise (ou de sa valeur) si on n’y travaille pas.

_L’emprise du capital sur la production: ce ne sont pas les producteurs qui décident du prix auquel ils doivent vendre leur production mais ceux qui la distribuent, ou possèdent une partie de leurs instruments de travail, ou spéculent sur la valeur des produits; il faut leur donner des royalties considérables, disproportionnées aux services qu’ils rendent.

_L’obligation de travailler pour vivre ou survivre liée à l’impossibilité de pouvoir donner du travail à tous ceux qui en sont capables : les progrès techniques et l’amélioration des rendements des travailleurs permettent de fournir tout ce dont nous avons besoin avec de moins en moins de main d’œuvre. Le système capitaliste étant peu redistributif, ceux qui ne travaillent pas sont livrés à la misère et il faut constamment inventer de nouvelles productions inutiles en grévant les coûts de production par une publicité agressive pour forcer les ventes.

_L’obligation d’une croissance permanente pour maintenir l’équilibre du système (voir le chapitre sur la création monétaire) alors qu’une croissance infinie dans un monde fini est impossible.

_ L’hyper compétitivité due à la « mondialisation » capitaliste : la quasi disparition des barrières douanières, permet, grâce aux délocalisations, de niveler les salaires par le bas, ce qui augmente les profits des multinationales mais dégrade les conditions de travail et le pouvoir d’achat des salariés qui sont aussi les consommateurs:  il y a là un cercle vicieux car le fait de sous payer les salariés oblige à vendre moins cher, donc à baisser la qualité et surexploiter davantage les salariés.

_La concentration des moyens de production dans un nombre de plus en plus réduit d’ entreprises gigantesques qui deviennent plus puissantes que les états.

_La production de masse qui se fait au détriment de la qualité, du respect des individualités, de la vie végétale, animale et humaine.

_le pouvoir donné à l’accumulation monétaire : le système néo-libéral ne met aucune limite à la capitalisation et à l’enrichissement des personnes et des entreprises : le super-enrichissement des uns se fait forcément au détriment des autres, va bien au-delà de la  satisfaction des besoins et devient un phallus qui peut rendre plus puissant que l’état et renverser la démocratie au profit d’une petite classe sociale aux intérêts convergents

_Le cancer monétaire : à partir d’un certain seuil, la masse monétaire que détient un particulier augmente automatiquement sans qu’il y ait eu production d’une richesse quelconque, par le seul fait de prêter avec intérêts ou de spéculer avec. Ce système rend automatiquement les riches toujours plus riches et accroît continuellement les inégalités. L’idée que l’argent doit rapporter de l’argent est, par nature, antidémocratique (cela était interdit par toutes les religions autrefois, sauf par la religion juive). Elle n’a pu s’imposer que parce qu’elle permettait à ceux qui voulaient épargner de se protéger de l’inflation, mais se protéger de l’inflation ne veut pas dire s’enrichir indûment. De plus, l’inflation est le signe d’une mauvaise régulation du système monétaire . Elle pourrait être évitée dans un système monétaire mieux régulé mais une légère inflation n’est pas si grave en soi car elle tend à décourager la capitalisation qui engorge l’économie.

_La création monétaire privée : en d’autres temps, on aurait appelé ceux qui s’y livraient des faux-monnayeurs et l’état les aurait sévèrement punis ; il est en effet immoral que quelqu’un qui ne fait rien d’autre que fabriquer de l’argent puisse s’acheter toutes les richesses réelles qu’il veut sans avoir rien produit d’équivalent. Grâce à l’aveuglement ou à la corruption de nos politiques, ces faux monnayeurs sont devenus légaux et ont pris le nom de banquiers. Ce point étant largement ignoré de la plupart d’entre nous fait l’objet d’un chapitre complet.

_La perte de la liberté d’information : l’ensemble des médias d’un pays, ce qui est le cas en France et aux USA, peut être acheté par un petit groupe de personnes appartenant toutes à la même classe sociale profitant du système néo-libéral qui peuvent, grâce au pouvoir des propriétaires, orienter l’information pour minimiser ou occulter les défauts du système.

_L’interdiction de s’opposer à l’idéologie dominante: le système économique néo-libéral s’accompagne d’une idéologie disant que seuls les meilleurs  réussissent et que le marché s’autorégule sans l’intervention des états. Cela est manifestement faux: le marché ne s’autorégule pas et est contrôlé de fait par un  nombre de plus en plus réduit d’acteurs, ce ne sont pas les meilleurs qui réussissent mais souvent les plus malhonnêtes, et tous ceux qui s’opposent à cette idéologie sont réduits au silence par les médias aux ordres ou même discrètement éliminés. Il y a ceux qui profitent du système et qui n’ont aucun état d’âme sur les souffrances qu’ils infligent aux autres. Mais même ceux qui veulent lutter contre cette idéologie en sont prisonniers : l’industriel honnête, qui cherche la qualité plus que l’enrichissement, est racketté par les actionnaires, soumis à une compétition sévère qui l’oblige à faire toujours plus en réduisant au maximum les salaires.

_La perte de la démocratie par la corruption généralisée et la manipulation de l’opinion publique: l’osmose est de plus en plus évidente entre la classe néo-libérale et les politiques, la manipulation de l’opinion par les médias permet de faire élire ceux préalablement choisis par celle-ci. L’alliance des puissances d’argent et des politiques  permet de gangréner toutes les institutions, y compris l’enseignement et la santé.

Tous ces défauts peuvent se résumer ainsi : le système néolibéral est un système économique et idéologique qui permet de concentrer la richesse monétaire entre les mains d’un petit nombre d’individus au mépris des valeurs morales, de la démocratie, de la solidarité sociale et même de la vie sur terre.

Nous décrivons là une organisation immorale et destructrice. Nous verrons qu’elle est même mafieuse car le petit nombre de ceux à qui elle profite n’hésite pas à détruire la vie, terrestre et humaine pour imposer son pouvoir.

Vous avez remarqué que tout se ramène à des problèmes d’argent, mais qui maîtrise les problèmes d’argent ? Qui a voulu cette mondialisation, cet abaissement des frontières douanières  qui vide les états de leurs richesses industrielles, les rend faibles et endettés ? Qui peut se permettre d’être au-dessus de toutes les nations et d’envisager une gouvernance mondiale ? Il est temps de considérer la gigantesque escroquerie qui est au cœur du système : le pouvoir privé de création monétaire.

Et pour comprendre pourquoi la création monétaire privée est une escroquerie, il faut d’abord se demander à quoi sert la monnaie, pourquoi doit on en créer et comment peut fonctionner un système monétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *