La monnaie citoyenne

                              

Mieux, à mon avis, que la monnaie M, les crypto-monnaies ou la monnaie « libre », je propose « la monnaie citoyenne », beaucoup plus simple et facilement compréhensible, expérimentée avec succès dans les SEL et monnaies locales :

_Les échanges sont libres, obéissant à la loi de l’offre et la demande, sans taxes ni impôts associés. (Ce qui supprime la notion de « travail au noir »). Leur valeur est évaluée avec une unité étalonnée sur une richesse nécessaire à tous ( baguette de pain, temps de travail, panel d’articles de première nécessité…..Ce ne peut être l’or qui n’est pas nécessaire à tous).

_Ce sont les échanges qui créent la monnaie en quantité juste suffisante, sans création de monnaie- dette matérielle : lors d’un échange de richesse (j’entends par « richesse » tout ce qui peut être échangé : biens, services, savoirs, savoir-faire, tout ce qui peut représenter une valeur pour le receveur) à une valeur convenue entre les 2 échangeurs, le compte du donneur est automatiquement crédité lorsque celui du receveur  est débité. Ces comptes sont en monnaie scripturale ou électronique qui  peut être convertie en monnaie matérielle quand ils sont positifs mais il n’y a pas de monnaie matérielle-dette émise s’ils sont négatifs ; les dettes sont simplement enregistrées, doivent être remboursées mais ne donnent pas lieu à pénalités jusqu’au maximum individuel autorisé.

La monnaie est réduite à son rôle principal qui est de mesurer la valeur des échanges ; cette mesure  doit pouvoir être possédée de façon inaliénable et non modifiable par l’utilisateur : on doit pouvoir imaginer un logiciel inviolable contenu dans un smartphone dédié de chaque utilisateur ou dans des serveurs centralisés. La blockchain peut être une solution mais il doit en exister d’autres moins coûteuses en énergie.

Il n’y a plus de banques privées et les prêts avec intérêt sont interdits ( l’écriture d’une mesure est nominative, elle ne peut se modifier quand on la prête ).Par contre, pour réguler finement le système monétaire et gérer la collectivité, il est nécessaire qu’un organisme sous contrôle citoyen possède un double de ces transactions et un accès au logiciel pour résoudre des problèmes politico-économiques tels que :

_Organiser la production pour qu’il y ait équilibre entre les offres et les demandes.

_Créer de la monnaie pour ceux qui travaillent pour la collectivité.

_Adapter la masse monétaire aux capacités de production en jouant sur la création monétaire et d’éventuels impôts ou taxes destructeurs de monnaie pour qu’il n’y ait ni inflation, ni récession.

_Résoudre le problème de ceux qui ne produisent pas suffisamment pour assurer leurs besoins fondamentaux.

_limiter ceux qui capitalisent trop

_Financer des missions d’intérêt collectif: recherche, protection de l’environnement, grands travaux, …….

Exemples de solutions possibles :

Au-delà du découvert maximum autorisé, ou même avant s’il y a demande, la situation du déficitaire est examinée par les services sociaux :

*S’il est capable de rembourser un jour, avec ou sans accompagnement, son découvert plancher est abaissé.

* S’il en est incapable (handicapé, chômeur, malade par exemple), il mérite d’être pensionné par la société.

*Un particulier peut même aider quelqu’un dans le besoin sans passer par les services sociaux en rendant son aide gratuite : lui est crédité mais l’autre compte n’est pas débité (c’est de la création monétaire citoyenne).Pour éviter les abus, cette possibilité est limitée.

Tout cela peut être remplacé par un revenu de base universel par création monétaire, représentant le minimum nécessaire pour vivre sans autres aides. Le revenu de base a l’avantage d’aider ceux dans le besoin sans passer par les services sociaux, peut permettre à ceux qui ne veulent ou peuvent pas travailler de vivre sans avoir  à rendre de comptes. Il fait beaucoup de création monétaire qu’il convient de réduire soit par des impôts proportionnels à la richesse, soit par une limite supérieure des revenus et des possibilités de capitalisation. Par exemple, on peut permettre des salaires libres dans le privé mais limités, compris dans la fourchette 1 000&/10 000& mensuels sans taxes ni impôts. Cela limite automatiquement la capacité de capitalisation à 5M (ce que pourrait capitaliser quelqu’un gagnant le salaire maximum toute sa vie professionnelle, soit 42 ans où 500 mois, et ne dépensant que le minimum vital). Lorsque les 5M sont atteints, il n’est plus possible d’épargner ou de capitaliser et tout ce qui dépasse 10 000& dans le compte courant est automatiquement supprimé. Ces restrictions ne touchent que les très riches (moins de 10% des Français). Pour eux, ces chiffres peuvent paraître faibles mais il faut se rendre compte qu’il s’agit de salaires nets qui s’ajoutent au RB, que les entreprises payeront des salaires moins élevés exempts de « charges » et que le prix de toutes les marchandises devrait considérablement baisser par la réduction drastique de la part du capital et la disparition des intérêts payés aux banquiers.(Voir l’article sur le revenu de base dans un système monétaire démocratique)

_Ceux qui travaillent pour le collectif (fonctionnaires, enseignants, soignants, services publics…), qui font des réalisations ou remplissent des missions d’intérêt général (hôpitaux, autoroutes, grands travaux, protection de l’environnement,…), ou qui sont pensionnés par solidarité ( handicapés, chômeurs, malades, retraités,…)  peuvent être payés  par création monétaire : en effet, c’est la société toute entière qui est en dette envers eux, dette non pas financière mais d’échange de richesses : elle rembourse en fournissant les richesses dont ils ont besoin, dont la quantité a été fixée démocratiquement par la quantité d’argent créée pour eux. Cela  remplace les impôts, enrichit ceux qui fournissent et n’appauvrit pas les autres.

_La principale critique formulée contre ce système est qu’il va générer une immense inflation en créant trop de monnaie : cette critique est formulée par ceux que l’immense inflation actuelle ne gêne pas car elle permet à la bourse d’atteindre des sommets. Elle n’a pas lieu d’être ici car ce système s’autorégule automatiquement : l’inflation ne peut se produire que si la demande est supérieure à l’offre, les producteurs en profitant alors pour augmenter leurs prix. Dans ce cas, l’état peut intervenir en augmentant la production dans ce secteur par des entreprises d’état aux salaires règlementés : cela empêche que les salaires privés s’envolent. Ce système a effectivement tendance à enrichir tout le monde, mais, comme les revenus et les capitalisations sont limitées par un plafond, l’argent sera détruit pour ceux qui le dépassent, au pire plus de monde atteindra ce plafond mais pourquoi pas ? Et, s’il y a trop de riches, les prix ne pourront augmenter qu’en payant mieux les salariés.

Les inflations brutales et catastrophiques ne peuvent se produire que lorsqu’il y a perte de confiance ou spéculation sur la monnaie quand ceux qui contrôlent les marchés veulent attaquer économiquement un pays dépendant beaucoup de ses importations (comme le Venezuela actuellement). Cela n’est pas possible ici car cette monnaie n’est pas spéculative : sa valeur par rapport à la monnaie d’un autre état est fixée au niveau politique proportionnellement aux Revenus minimum Vitaux de ces 2 pays : si le RmV de l’un est 1000 et l’autre 500, la monnaie du premier vaudra 2 fois celle du second). (On comprend qu’une monnaie commune dans une UE où de telles disparités existent est ingérable). En l’absence de monnaie internationale fiable, ces échanges sont assimilables à des trocs et doivent être équilibrés.

Enfin, les inflations n’ont pu exister jusqu’à ce jour que parce qu’aucune théorie économique précédente n’a rattaché impérativement la création monétaire à la création de richesse : si la création monétaire est faite « par hélicoptère », comme disent les économistes néo-libéraux (ce qui évite de se poser la question de la création monétaire privée), c’est-à-dire au hasard, sans savoir sur qui elle tombe, il y a de grandes probabilités que cela tombe mal.

Ce système nécessite seulement que chaque citoyen ait un compte unique géré personnellement mais dupliqué dans une banque centrale sous contrôle citoyen. Les processus de création peuvent être largement automatisés. L’état peut lui aussi s’endetter à la banque centrale pour financer des entreprises productives. Le contrôle citoyen est cependant nécessaire pour déterminer le salaire de ceux qui sont payés par création monétaire et quelles sont les missions d’intérêt public. Il devra  aussi s’exercer avec l’aide de l’état pour réguler le système de façon qu’il n’y ait ni inflation ni récession, sans impôts mais avec des taxes judicieusement choisies pour les biens dont on veut freiner la consommation. Tout cela est inchiffrable avec les données actuelles reposant sur un fonctionnement trop différent, mais le compte unique permettra à la banque centrale d’avoir toutes les données pour effectuer la régulation.

La création monétaire citoyenne ne résout pas à elle seule tous les problèmes de la démocratie mais elle donne les outils pour y parvenir en inversant les raisonnements qui nous aliènent : au lieu de se demander comment nous pouvons gagner de l’argent en travaillant pour des maîtres avant de pouvoir faire ce que nous voulons, c’est ce que nous voulons et commençons à faire qui nous fait créer l’argent dont nous avons besoin.

Pour aller plus loin dans la compréhension :

_S’exercer à construire un système monétaire dans une communauté fermée autosuffisante fonctionnant par le don: comment créer un système monétaire démocratique

Les incroyables bienfaits d’un système monétaire démocratique.

2 réflexions au sujet de « La monnaie citoyenne »

  1. Bonjour,
    vous vous posez ici en chartaliste convaincu. Outre les « trous » laissés ici et là (comme la « création monétaire citoyenne »), qui mesure les besoins de création monétaire ? Sur quelles bases ? Le prix du pain ? Et si celui-ci venait à s’effondrer ou au contraire exploser ? D’autre part, votre système est un système ultra centralisé avec toutes les dérives que cela occasionne.

    1. Bonjour
      Dans ce système, il n’y a pas besoin de mesurer les besoins de création monétaire puisque ce sont les échanges qui créent la monnaie en quantité forcément juste suffisante (contrairement aux faux monnayeurs actuels qui peuvent créer une monnaie ne correspondant à rien). Par contre, la circulation monétaire a besoin d’être régulée puisqu’il y en a forcément certains qui vont gagner trop et d’autres pas assez, et cette régulation ne peut se faire finement que si le système est centralisé, en partie sous forme automatique, en partie sous contrôle citoyen car cette régulation dépend de choix politiques. Et quand la régulation est bien faite, quand l’offre est adaptée à la demande, il n’y a ni inflation, ni récession. Un tel système est antinomique avec la spéculation, il ne peut pas y avoir de bulles et de krach, et il n’a pas besoin de croissance pour survivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *