Et si on essayait la démocratie ?

On nous fait croire depuis longtemps que notre civilisation occidentale représente ce qui se fait de mieux en démocratie alors que la plupart des autres pays sont sous le joug d’horribles dictateurs.

Il faut avoir renoncé à penser par soi-même et à définir ce que l’on entend par démocratie pour continuer à croire à de tels discours, alors que la réalité de ce qui s’agit nous montre à l’évidence la mise en place d’états de plus en plus totalitaires.

Démocratie vient du grec « demos » « kratos » et veut dire « pouvoir du peuple »

Actuellement, le seul pouvoir qu’a le peuple est d’élire tous les 5 ans le maire, le président et les députés. Si l’on peut considérer que l’élection du maire est démocratique car on le connait et on peut généralement discuter avec lui de ses réalisations, celles du président et des députés ne le sont absolument pas : nous ne connaissons les candidats à la présidence que par les médias et quand on sait que ceux-ci sont tous regroupés autour de 9 grands capitalistes, on voit qu’il est facile pour eux de promouvoir un représentant de leurs intérêts privés et d’empêcher de s’exprimer les candidats gênants. De plus, les français ont pris l’habitude de voter ensuite pour des députés du même parti, ce qui revient à donner tous les pouvoirs constitutionnels à un seul homme qui n’est même pas obligé d’appliquer le programme pour lequel il s’est fait élire. Donc voter pour un « représentant » n’est pas du tout un acte démocratique puisque nous ne faisons que lui déléguer notre pouvoir de décision. Voter directement les lois serait certainement plus démocratique : matériellement impossible pendant longtemps, cela n’est pas loin de devenir réalisable avec les moyens modernes de communication.

La « révolution » de 1789 qui n’était pas une révolution populaire mais un coup d’état de la bourgeoisie sur la royauté, n’a jamais voulu instaurer une démocratie, comme le précise bien l’abbé Sieyès, mais une « république » permettant juste à une partie du peuple de choisir leurs gouvernants parmi une caste de nantis.

Même les Athéniens, qui sont considérés comme le meilleur modèle de démocratie de l’histoire, avec certaines charges tirées au sort pour éviter les prises de pouvoir, réservaient celle-ci à une classe privilégiée, les femmes et les esclaves en étaient exclues.

Osons donc le dire : il n’y a jamais eu de véritable démocratie dans notre histoire. Est-ce pour autant que la démocratie est impossible ?

Examinons alors les différents pouvoirs nécessaires au fonctionnement harmonieux d’une nation et demandons-nous comment les rendre vraiment démocratiques.

Le premier pouvoir est celui de faire les lois : nous l’avons délégué à des gens qui se permettent de faire des lois inconstitutionnelles en toute impunité puisque nous avons aussi délégué le pouvoir de vérifier la constitutionalité des lois aux mêmes. Reprenons donc aussi le pouvoir constitutionnel : ils ne respectent pas la constitution, faisons-la respecter ; pas besoin de réunir une constituante pour faire une nouvelle constitution, le préambule de celle de 1958 qui la chapeaute, donc qui a autorité sur tout le reste, suffit. Et ce préambule fait essentiellement référence à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui est suffisante et est compréhensible par tous. On peut la résumer ainsi :

« Les êtres humains sont libres et égaux en droits. Nul ne peut être amputé par la loi d’une partie ou de toute sa liberté s’il n’a pas été clairement prouvé qu’il nuit à autrui, ou au groupe, ou à ce qui permet la vie sur terre » La sanction doit avoir valeur proportionnée de réparation et réhabilitation.

Cette loi est fondamentale et doit s’imposer à toutes les autres lois dérivées. Ce qui n’est pas les cas puisqu’ils n’ont donné aucun moyen dans le reste de la constitution pour la faire respecter et qu’ils ont rajouté subrepticement le « droit économique » (qui permet aux « personnes morales », cad les entreprises, d’avoir les mêmes droits que les humains, et de « posséder » tous ceux qu’elles utilisent) et le droit maritime anglo-saxon qui a réduit nos états à des entreprises commerciales et les humains à des marchandises (on nous assimile dès la naissance à des marins perdus en mer, ce qui leur donne le droit de posséder tous nos biens).

Cette loi fondamentale étant compréhensible par tous, car nous avons tous dès le plus jeune âge un sens inné de la justice, il n’est pas besoin de juges de métier pour la faire respecter : les juges doivent être élus et être entourés d’un jury de citoyens tirés au sort ; pour les petits groupes, c’est le groupe tout entier qui rend la justice. Au niveau national, le gardien de la constitution doit être une cour suprême composée majoritairement de citoyens tirés au sort. (Elle remplace le conseil constitutionnel actuel composé d’anciens présidents à la solde des nouveaux. Donc, avant de voter pour un président, il convient de constituer cette cour suprême par tirage au sort).

Quant à faire les lois, c’est à des commissions compétentes de les élaborer et au peuple tout entier de les voter.

Et ceux qui les exécutent sont élus avec des mandats impératifs par tous ceux sur qui ce pouvoir s’exerce.

Un autre pouvoir fondamental qui nous a été volé et donné à des individus privés et non élus est le pouvoir de création monétaire : cela fait l’objet d’une étude complète en annexe tellement le sujet est inconnu alors que nous croyons tous savoir comment manipuler l’argent. Pourtant, dans l’ombre, les banquiers ont profité de notre ignorance soigneusement entretenue pour nous asservir d’abord au moyen de leur monnaie Or et maintenant au moyen de leur fausse monnaie dette : c’est ce qui leur a permis de nous faire travailler 2 fois trop, de nous endetter frauduleusement, de posséder actuellement plus de la moitié des richesses produites sur terre, de corrompre qui ils veulent y compris nos gouvernants au point d’envisager de devenir les maîtres incontestés du monde.

Nous pouvons commencer à reprendre ce pouvoir immédiatement en ayant des monnaies internes complémentaires démocratiques capables de fusionner pour devenir des monnaies complémentaires régionales puis nationales.

Nous avons examiné les différentes sortes de monnaies non bancaires proposées actuellement (voir le comparatif) et notre préférence va à celle qui est expérimentée dans les SEL : une monnaie étalonnée sur le temps de travail, qui se crée automatiquement chaque fois que l’on vend une production (et qui se détruit quand on achète), qui permet de rémunérer ceux qui travaillent pour la collectivité ou qui en dépendent sans impôts ni taxes. Très facile à mettre en place au niveau local ou national, il suffit que chacun ait un compte directement sur la banque centrale (propriété du peuple) et que la création ou destruction monétaire non automatique dépende d’un consensus collectif. Cette monnaie est de plus incompatible avec la spéculation boursière et met fin à l’emprise de la finance sur l’économie.

Donc pour établir une véritable démocratie, il faut repenser complètement notre organisation sociale et remplacer la structure pyramidale uniquement descendante qui permet les dérives dictatoriales par des structures le plus possible locales qui ne font remonter au niveau supérieur que ce qui est strictement nécessaire à la cohérence de la nation, chaque niveau étant contrôlé par le niveau inférieur.

En résumé, nous, peuple, pouvons commencer à prendre le pouvoir tout de suite, non pas en revendiquant, ou en espérant des élections, mais à partir des groupes déjà constitués en faisant sécession :

_en n’appliquant que les lois conformes à la loi fondamentale constitutionnelle.

_En utilisant le plus possible des monnaies complémentaires non bancaires

_En homogénéisant ces lois et ces monnaies à tous les groupes de la région puis de la France pour pouvoir les coordonner. Voici par exemple 3 exemples de chartes pour chaque niveau: communal, régional, national.

_En organisant la création d’une cour suprême nationale composée en majorité de citoyens tirés au sort qui veille au respect de la loi fondamentale constitutionnelle (et qui sera donc compétente pour destituer ceux qui la violent).