La véritable histoire du Covid 19

Ceci se veut une démonstration et non seulement une opinion ; pour cela j’utilise la logique mathématique : si A est vrai et A => B, alors B est vrai.

Un phénomène est réputé vrai

_S’il est reproductible et vérifiable par n’importe qui

_Si on a confiance dans celui qui le rapporte. En cas d’opinions différentes, mon niveau de confiance prioritaire est pour

Un scientifique plutôt qu’un politique

Dans le cas de divergences entre les scientifiques, priorité

à ceux dont la validité des travaux antérieurs a déjà été reconnue par la communauté scientifique

A ceux qui ne sont pas en conflit d’intérêts.

Dans le cas où une source n’est pas considérée comme complètement fiable, mais pas infirmée non plus, ses informations sont dites « probables »

 

Il est très probable que ce covid 19 n’est pas un virus naturel : les chercheurs qui ont séquencé son ARN ont trouvé des fragments d’ARN du virus HIV, 6 portions dans les 300 premières séquences, ce qui, d’après eux, ne peut résulter d’une mutation naturelle. Cet ajout permet au virus de se fixer beaucoup plus facilement sur les poumons. Cela fait plus de 20 ans que les laboratoires font des brevets sur des coronavirus génétiquement modifiés, il y a même un brevet de l’institut Pasteur sur un coronavirus avec des symptômes SRAS qui ressemble étrangement au covid 19 (brevet européen EP 1694829B1 de 2003). Voir aussi la vidéo de kra.tv qui cite bien ses sources https://www.kla.tv/Coronavirus-fr/15804

S’il est sorti d’un laboratoire, lequel ? Il y a le laboratoire P4 des chinois à Wuhan, mais il y a aussi à Wuhan un autre laboratoire P4 appartenant à Soros, le milliardaire bien connu pour son implication avec ses ONG dans tout ce qui peut déstabiliser les états. Il a peut-être aussi été introduit à Wuhan par les militaires américains lors des jeux militaires internationaux qui ont eu lieu en octobre : cela expliquerait la piètre performance inhabituelle de ces athlètes et la dissémination ensuite dans tous les pays à partir des bases militaires.

S’il vient du laboratoire chinois, il s’agit probablement d’un accident car les chinois n’en sont plus à vouloir réduire leur population. S’il vient des militaires américains, il est plus probable que ce soit une arme de guerre : ce virus vise particulièrement les populations asiatiques et l’augmentation de puissance de la chine commence à devenir dangereuse pour les USA. Est-il ridicule d’imaginer une arme qui peut se retourner contre eux ? Non quand on sait le mépris que les dirigeants de l’armée de ce pays ont vis-à-vis de leur propre population (cf 11 septembre 2001).

Si ce virus était destiné à produire une épidémie surtout en Chine, ce fut un échec, le virus étant moins virulent que prévu et les chinois plus réactifs : il a fait finalement moitié moins de morts qu’une grippe ordinaire.

Quoiqu’il en soit, ce virus est là et il faut y faire face : il reste très contagieux car sa période d’incubation est longue (20 jours) et il peut être considéré comme une pandémie d’après ce critère. (La définition de la pandémie concerne l’étalement géographique et non la dangerosité). Mon propos concerne la façon dont il a été réagi à ce virus.

Lorsqu’on ne connait pas le virus et sa dangerosité, il est normal de commencer à confiner tout le monde mais surtout d’isoler les malades pour éviter la propagation rapide en attendant de le connaître mieux, de pouvoir le dépister le plus rapidement possible, et de trouver des médicaments. C’est ce qu’on fait les chinois et les coréens du sud.

Mais lorsqu’ on commence à le connaître, à savoir les premiers symptômes, son évolution, sa dangerosité, à avoir des tests et des médicaments, on peut le traiter comme on traite toutes les maladies : seules les personnes ressentant les premiers symptômes vont consulter le médecin ou l’hôpital pour se faire tester et sont alors isolées et soignées. C’est la méthode préconisée par le Pr Raoult, c’est à lui que j’accorde ma confiance prioritaire au vu de son impressionnant palmarès scientifique.

Le virus est arrivé en France plus de 2 mois après les chinois et la France aurait dû se trouver dans le deuxième cas. Sauf que :

_le gouvernement n’a en rien profité de l’expérience chinoise, n’a rien anticipé, n’a pas fait provision de masques, de tests, des médicaments découverts par les chinois.

_Il a minimisé les risques au début, ce qui a permis à l’épidémie de s’étaler.

_Ce qui fait que les hôpitaux, en sous effectifs matériels et humains à cause de toutes les restrictions budgétaires de ces dernières années, se sont rapidement trouvés engorgés.

C’est pour les désengorger que le gouvernement a ordonné le confinement quasi général. Ce confinement des personnes saines aurait donc été inutile avec un système de santé correctement géré. Il n’empêche pas la propagation car, si quelqu’un ressent les premiers symptômes et va consulter l’hôpital, on le renvoie chez lui faute de tests et de médicaments de façon qu’il puisse contaminer le reste de sa famille. L’hôpital ne reçoit que les cas graves qui ont besoin d’être sous oxygène. Les soignants qui n’ont pas assez de masques se font contaminer et contaminent les autres.

Mais, par contre, on nous présente ce confinement général comme la seule solution possible avec un dispositif policier disproportionné pour le faire respecter, faisant porter la culpabilité sur les personnes saines qui se promènent au lieu de la faire porter sur les vrais responsables du gouvernement, violant la constitution en punissant des personnes qui ne font aucun mal ; les amendes ne devraient concerner que les porteurs sains ne prenant pas de précautions, encore faudrait-il prouver qu’ils sont porteurs sains en les testant car, en droit français, il existe peut-être encore la présomption d’innocence.

Pour expliquer une telle incurie, il n’y a que 2 hypothèses :

_ou bien ce gouvernement est composé d’incompétents débordés par la situation, hypothèse le plus souvent retenue, et ils devront rendre des comptes « plus tard ».

_ou bien tout cela est parfaitement voulu : hypothèse que beaucoup ne veulent pas étudier de peur de se faire traiter de « complotiste » ou de peur de s’opposer à l’autorité, ce qui est la névrose la plus répandue. Elle n’est pourtant pas stupide car ce gouvernement a déjà montré son mépris du peuple français ; qu’il puisse aller jusqu’à être criminel est un pas que beaucoup se refusent à imaginer tellement cela serait dramatique. Et pourtant un certain nombre de faits s’expliquent beaucoup mieux par la seconde hypothèse que par la première :

_Comment expliquer que Agnès Buzyn, qui a soi-disant vu venir la pandémie dès janvier, au lieu de faire des commandes de masques et de tests, ait classé la chloroquine le 23 janvier, (avant que le Pr Raoult en parle), parmi les substances « vénéneuses » alors qu’elle a été brevetée en 1949 et était en vente libre depuis cette date en raison de son innocuité ?

_Pourquoi, après que le Pr Raoult en ait parlé, les stocks disparaissent (« volés »), l’usine française qui en fabrique est en liquidation judiciaire faute de commandes, et on se prend à dire qu’il faut faire des tests, en double aveugle, avec d’autres produits pour voir si elle est efficace ; tests qui ne donneront des résultats que dans 6 semaines (pendant ce temps ceux qui ne recevront rien, dans les tests ou ailleurs pourront mourir), et, en attendant, interdiction aux médecins de la prescrire sauf en dernier recours, lorsqu’elle n’est plus efficace. Or des tests sérieux ont déjà été faits avant le Pr Raoult par les chinois, lui n’a fait que confirmer que ça marchait.

_Pourquoi le gouvernement refuse-t-il l’aide des industriels qui veulent fabriquer des masques, l’aide des laboratoires privés et de l’école vétérinaire qui peuvent effectuer des tests, l’aide des cliniques privées qui proposent des places en réanimation ?

_Pourquoi les médias affolent-ils la population en parlant tous les jours du nombre de morts sans les relativiser : en l’absence de dépistage, le taux de mortalité donné n’a aucune valeur scientifique et là où on peut le mesurer exactement, comme dans le navire de croisière japonais contaminé, il ne dépasse pas les 1% comme dans une grippe ordinaire. L’hôpital du Pr Raoult a traité au 3 avril 3486 patients testés positifs (sur 20 987 testés) et a eu 26 décès: un taux de mortalité de 0,7% largement inférieur à celui d’une grippe ordinaire quand il est soigné convenablement.

Quelques chiffres de l’OMS pour relativiser cette « pandémie » :

_La grippe ordinaire produit chaque année de par le monde 5 millions de cas graves produisant 280 000 à 600 000 décès.

_Le covid 19 jusqu’à présent a touché 1 million de personnes dont 100 000 cas graves et 55 000 décès.

_La France, l’Italie et l’Espagne sont les pays où l’épidémie est le moins bien gérée avec le plus de décès : 83 par million en France contre 13 en Allemagne, 3 en Corée du sud.

_Il y a eu en France en 15 ans depuis 2013 la suppression de 68 172 lits d’hôpitaux.

_La France est le seul pays empêchant l’utilisation de la chloroquine en prétextant la nécessité de faire des tests pour valider un médicament qui a fait ses preuves depuis 1949. Dans le même temps, on déclassifie pour pouvoir l’utiliser le Rivotril, un médicament dangereux utilisé pour euthanasier les vieux de plus de 70 ans quand il n’y a pas assez de place en réanimation.

Il est manifeste que ce gouvernement fait tout pour que l’épidémie soit vécue comme le plus grave possible. Pourquoi ? Comment lui profite ce crime ? Si on commence à se poser cette question, les réponses ne manquent pas :

_Etant donné les rapports de ce gouvernement avec les laboratoires pharmaceutiques, (ils ont financé l’élection de M. Macron, Mme Agnès Buzyn en vient et y retournera sûrement), il est facile de comprendre que la chloroquine les ennuie car elle ne rapportera rien aux laboratoires, tandis qu’une nouvelle molécule…., un nouveau vaccin….. Le fait que le profit soit plus important que les morts ou les malades ne les gêne pas, on a vu leur comportement lors du scandale de l’aluminium dans les vaccins (voir le chapitre correspondant : on injecte obligatoirement à nos enfants plus de 30 fois la dose toxique déterminée par l’OMS et M. Macron prévenu envoie les gendarmes au médecin expert lanceur d’alerte).

_Il y a plus grave encore : les mesures sanitaires qui n’ont pas été prises ont permis d’imposer au peuple épouvanté des mesures extraordinairement répressives sans rapport réel avec l’épidémie :

_ des policiers pour surveiller les sorties de chacun, avec des amendes exorbitantes pour accentuer la pression. D’un point de vue sanitaire, seuls sont dangereux ceux qui sont contaminés sans le savoir et ne portent pas de masque : ceux qui sortent devraient être contrôlés par des soignants qui les testent et les confinent à part s’ils sont positifs. Au lieu de cela, c’est un policier sans masque, qui risque de vous contaminer ou d’être contaminé, qui décide, même si vous êtes sain, si vous avez le droit ou non d’acheter votre pain (on a vu des amendes pour « achat non suffisamment important », des policiers plaquer au sol une femme qui ne voulait pas montrer son papier), et les interdictions touchent même des situations non dangereuses. …..Il y a là une violence répressive qui stresse ceux qui ne la comprennent pas, qui rend agressif envers ses semblables ceux qui n’imaginent pas pouvoir s’y opposer, qui interroge ceux qui n’ont pas peur : si cette répression n’est pas strictement nécessaire pour l’épidémie (l’immense majorité de ceux qui ressentent les premiers symptômes s’isolent d’eux-mêmes), à quoi sert-elle ? Là encore, poser la question de cette façon c’est y répondre : les gens emprisonnés chez eux ne vont plus manifester, fini les conflits sociaux, ils s’isolent et perdent le sentiment de groupe qui rend plus fort, l’inactivité les affaiblit encore.

_Le deuxième volet est qu’elle a permis à M. Macron de faire voter une loi « d’urgence sanitaire » pour 2 mois (au lieu d’un, et il est fort probable qu’elle sera prolongée) qui lui donne les pleins pouvoirs pour décréter par ordonnances ce qu’il veut, y compris des lois qui n’ont rien de sanitaire : il va donc pouvoir finir tranquillement la casse sociale et détricoter ce qui reste des acquis sociaux du CNR : fin des 35h, du choix des congés, la liste n’est pas finie. Il vient aussi de permettre aux opérateurs d’installer des antennes où ils veulent, en se passant de l’avis des maires et des autorités régulatrices, préparant l’arrivée de la 5G, un autre scandale sanitaire en préparation dont on reparlera (et qui semblerait aggraver les symptômes du covid 19, les premiers foyers en Chine et Italie étant des régions pionnières en 5G).

_M. Macron étant un serviteur zélé des banquiers internationaux qui ont fait son élection, on peut aussi supposer que cette utilisation du coronavirus est destinée à provoquer la crise financière et économique mondiale qui était inévitable mais pourra être attribuée au coronavirus au lieu d’être attribuée aux failles du système. Tous les pays qui réagissent par le confinement général sont ceux dont le système de santé est déficient, c’est-à-dire ceux adeptes de la mondialisation et du libre-échange, c’est-à-dire ceux déjà gouvernés en fait par ces banquiers.

Et ce coronavirus, ou le suivant, ou la vaccination de masse, ou la guerre civile que la crise économique peut engendrer, permettra peut-être enfin à ces banquiers d’établir leur « Nouvel Ordre Mondial » auquel ils aspirent depuis des siècles. Ce n’est encore que probable, pas encore sûr, cela dépendra de notre lucidité et de notre capacité de résistance : ceux qui ne cherchent pas à voir et suivent le troupeau comme des moutons seront les premières victimes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *