comment continuer sans de nouveaux martyrs?

Jusqu’à quand les GJ vont-ils se regrouper pour battre les pavés parisiens ? Que peuvent-ils en espérer ? Une victoire physique sur les policiers qui leur permette de prendre d’assaut l’Elysée ? Peu probable, et même s’ils y arrivaient que feraient-ils après ? il faudrait au moins que l’armée soit avec eux pour faire un coup d’état.

Le coup d’état étant exclu, que faire contre ces usurpateurs qui n’ont manifestement pas l’intention d’entendre nos revendications et ne cherchent que les moyens de nous étouffer ou nous rendre (ou faire voir) violents pour nous disqualifier ?

D’abord nous n’avons pas rallié activement suffisamment de Français pour être une majorité actifs et ce n’est pas en nous regroupant que nous y arriverons, c’est en allant parler avec eux et pas par médias interposés, directement, en mettant un gilet jaune  individuellement chaque fois que nous sommes dans un lieu public , en faisant nos courses par exemple : cela permettrait à beaucoup plus de sympathisants de participer activement, montrerait notre nombre réel à tous, et surtout permet d’entamer le dialogue avec ceux dubitatifs, ni complètement pour, ni complètement contre. C’est ce que je fais au lieu d’aller à Paris.

Ensuite, il nous faut mûrir politiquement pour savoir comment obtenir ce que nous voulons : ce n’est pas en criant « Macron démission » qu’il va nous l’accorder ou que nous allons la lui imposer. Et, même s’il démissionnait, il serait remplacé par un autre appartenant au même système.

Nous voulons plus de pouvoir d’achat mais, même s’il le voulait, il ne pourrait pas nous l’accorder : il n’est qu’un pion qui obéit à ses commanditaires, les grands financiers et la commission non élue de l’UE. Il faudrait d’abord récupérer notre Banque Centrale, ce qui est interdit par les traités de l’UE.

Nous voulons aussi plus de démocratie mais, là encore, nous avons perdu notre indépendance politique avec les traités de l’UE. Le RIC dans la constitution actuelle n’aurait guère de pouvoirs et se faire élire au parlement européen est absurde car ce parlement est factice et n’a aucune des prérogatives d’un vrai parlement.

Autrement dit, nous n’avons qu’une revendication : sortir des traités de l’UE, non pas en les modifiant car c’est impossible vu qu’il faut l’unanimité de 26 pays aux intérêts différents, mais en quittant l’UE

Il n’y a qu’une seule solution légale : un référendum suivi de l’activation de l’article 50 et 2 ans de négociations. Ce référendum, ils ne vont pas l’organiser et ne le reconnaîtront pas valable si c’est nous qui l’organisons ; mais, à l’heure actuelle, ce n’est même pas sûr que nous obtiendrions une majorité.

Notre action fondamentale doit donc être de convaincre une majorité de Français de la nécessité de sortir de l’UE ; nous en avons donc pour longtemps encore à porter nos gilets jaunes. Mais ce ne sera pas la peine d’organiser nous-mêmes un référendum : il suffit de voter pour l’UPR, un parti pas comme les autres, pas corrompu par les banques, dirigé par quelqu’un GL avant l’heure et, en même temps, parfaitement au courant du fonctionnement politique. (qui promet la récupération de notre banque centrale, un programme inspiré de celui du conseil national de la Résistance avec un vrai RIC,  plus de démocratie et de justice sociale.

Ce qui ne veut pas dire que nous devons rester sans rien faire, nous avons des moyens d’agir par notre consommation : les puissances d’argent qui nous oppriment ne doivent leur puissance qu’au fait que nous travaillons pour elles ou que nous achetons leurs productions : cessons de le faire, n’achetons qu’à des petits producteurs locaux ou, au moins, français, refusons d’acheter à ou travailler pour des multinationales, ne commerçons qu’entre nous en créant notre propre monnaie pour échapper à leur racket et à la crise financière qu’ils nous préparent.

Et prenons du temps pour écrire nous-mêmes la constitution que nous voulons car ils tiennent aussi leur puissance d’une constitution qu’ils ont écrit pour eux qui leur donne tous les droits et aucun pour le peuple.

Il faut donc nous préparer à continuer encore la mobilisation pendant longtemps mais sous une autre forme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *