Réflexions sur le SEL

Les bons d’achat ne sont officiellement pas une monnaie mais jouent le rôle d’une monnaie complémentaire.

L’avantage par rapport à une monnaie locale ou complémentaire classique est que les dons ne donnent pas lieu à taxes et impôts (à vérifier).

Un autre avantage est qu’il n’est pas forcément local et peut intégrer les monnaies locales et même les monnaies étrangères (les points sont alors calculés en fonction du taux de change réel, basé sur le niveau de vie).

Ce système fait exactement l’inverse de ce que font les banquiers : les banquiers remplacent la monnaie pleine (celle qui correspond à des dons de richesse réelle) par de la fausse monnaie dette (créée sans production de richesse correspondante). Le système SEL remplace la monnaie officielle (fausse monnaie dette des banquiers) par une monnaie pleine (les bons d’achat) à l’abri de la spéculation et de la faillite inéluctable des banques.

Plus facile à mettre en œuvre qu’une monnaie locale : ce n’est pas l’association qui échange les euros contre des bons d’achat, ce sont les protagonistes qui doivent inscrire leurs échanges 2 fois, une fois avec la carte bleue, (ou du liquide), une autre fois avec le logiciel interne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *